Plateforme sur les infrastructures et les technologies des piscines, le bien-être et l’expérience de plein air en Belgique

NL | FR

Autres

Bassins de baignade : soyez attentifs et informez correctement

Une étanchéité sombre apporte quelques degrés de plus – gratuitement.

Texte | Guido Lurquin

Photos | Guido Lurquin

21 juin 2022 Temps de lecture 10 minutes

Partager cet article

Les étangs de baignade sont très demandés, mais la confusion est également grande. Des termes tels que « écologique », « naturel », « biologique » et « hybride » sont souvent évoqués, mais aussi confondus et utilisés à mauvais escient. Le client final a droit à des informations précises. Il ne veut pas se sentir « floué » par toutes sortes de promesses qui n’ont pas été tenues.

Ne promettez pas l’impossible

Une « piscine » naturelle est une alternative à la piscine de construction traditionnelle. Et bien que certains bassins de baignade aient presque le même aspect qu’une piscine, il existe des différences. Dans le cas des étangs de baignade, il y a une « coopération étroite » avec la nature et celle-ci est soumise à toutes sortes de fluctuations. Les conditions saisonnières et météorologiques influencent la clarté de l’eau et la croissance des algues, par exemple.

Aménager un bassin de natation avec un revêtement blanc (ou d’une autre couleur claire) et promettre que l’eau sera toujours limpide, qu’il n’y aura pas de ternissement des murs et des marches, et qu’il n’y aura pratiquement aucun entretien à faire… ce n’est pas très sage. Car l’entretien d’un étang réclame beaucoup d’efforts, plus d’efforts que pour une piscine, où l’on utilise souvent des acides agressifs.

Le lagunage filtrant fonctionne à la fois mécaniquement et biologiquement.

La clarté de l’eau n’est pas du tout un problème la plupart des jours de l’année dans les étangs de baignade bien conçus. Au contraire, il est généralement possible de distinguer à travers l’eau une petite pièce de monnaie déposée sur le fond du bassin. En effet, dans une piscine naturelle, les particules de saleté sont traitées et éliminées par la nature.

Les taches et la prolifération d’algues sur les parois, les marches et le fond, c’est une autre histoire. Ceci est lié au biofilm qui s’y développe. Sur et entre ce film de micro-organismes, des particules de calcaire peuvent se fixer et des algues peuvent se développer. Cela crée un « effet marbre » que l’on retrouve également dans la nature, par exemple sur les rochers de la mer Méditerranée. Évidemment, c’est beaucoup moins visible et peut même être magnifique sur une étanchéité sombre. Le client final peut soit accepter cette « végétation », soit s’en débarrasser régulièrement à l’aide d’une brosse et d’un aspirateur.

Le noir est plus chaud

Le noir est la couleur qui attire le plus la chaleur solaire. Cela signifie que les étangs de baignade dotés d’une étanchéité noire bénéficient d’un chauffage solaire gratuit. Et cela fait vraiment une différence. La température de l’eau en été est de 4 à 6 degrés plus élevée que dans une piscine à l’étanchéité claire. Même si l’utilisateur final décide de chauffer l’eau avec une pompe à chaleur, par exemple, cela fera une grande différence dans la consommation d’énergie. Et nous savons tous que l’énergie est très chère en ce moment.

Tout n’est pas écologique

Les zones de baignade sont souvent construites avec des murs en béton ou en blocs de béton. Dans les étangs de baignade, nous voyons souvent des constructions compliquées avec de nombreux murs, des zones de repos, un escalier… Les constructions en béton constituent une intervention lourde dans le jardin et ont un impact environnemental élevé. Un fond de piscine en béton double armé… probablement bon et solide, mais est-ce nécessaire ?

Une construction de base constituée d’un étang de baignade simplement creusé dans le jardin, avec des parois inclinées, une bordure au-dessus et une bâche pliée en guise d’étanchéité, présente l’avantage d’un impact environnemental moins grand.

Un étang de baignade avec des plantations abondantes accroît la valeur écologique du jardin.

Lorsque l’on teste des systèmes d’étangs de baignade et qu’on les classe du « plus écologique » au « moins écologique », on obtient la liste suivante : lagunage à courant descendant, lagunage à courant ascendant, lagunage + filtre multichambre, filtre à tambour, lagunage + hydrolyse sans sel. Une étape supplémentaire est l’hydrolyse avec ajout de sel. Mais… ce n’est plus un étang de baignade, car du chlore se forme, c’est donc bien une piscine. De plus, la combinaison du sel et du chlore a un impact négatif important sur la durée de vie de nombreux matériaux tels que les métaux et l’étanchéité.

Et qu’en est-il des « systèmes commutables » ? Les gens les comparent à tort aux voitures hybrides qui, en fonction des conditions de roulage, fonctionnent à l’essence ou sur la batterie électrique. Mais ce n’est pas si simple. Il faut plusieurs semaines pour passer d’une eau de bain désinfectée à un système de filtration biologique. À l’inverse, le passage d’un système biologique à un système de désinfection nécessitera de fortes doses de désinfectant. Il ne suffit donc pas d’appuyer sur un bouton pour changer de système.

De grandes différences dans les coûts de fonctionnement

Les systèmes de filtration habituels pour les étangs de baignade ont un fonctionnement à la fois mécanique et biologique. Le biofilm (micro-organismes bénéfiques) effectue une grande partie du travail utile. Cela signifie que l’eau doit circuler en permanence et que les pompes doivent fonctionner jour et nuit, toute l’année. Pompe de bassin économe en énergie ou pompe de piscine énergivore, cela fait une grande différence sur une base annuelle, qui peut souvent représenter un facteur 4.

Dans les étangs de baignade les plus naturels, seule la pompe consomme de l’énergie. Les systèmes plus complexes impliquent une consommation d’énergie supplémentaire pour l’hydrolyse, les UV, l’électrolyse, etc. Outre l’énergie, il faut tenir compte du coût du traitement et des pièces de rechange telles que les électrodes, les sondes de mesure, les lampes… Plus le système est « technique », plus les coûts d’exploitation augmentent. Il est important d’être honnête avec le client.  

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Mathieu Noppe

Chef D’édition

Envie de découvrir nos formules de partenariat ? Je serais heureuse d’en parler avec vous.

0%

    Envoie-nous un message